Merci d’être

Sud américaines
Au fin fond des favelas
Et qui portent à 15 ans à peine
Leurs enfants à bout de bras
Aux femmes africaines
Dont rien ne gâche la joie
De planter dans la terre une graine
Qui jamais ne poussera

Elles ont en elles comme un don
Qui force le respect
Qui force le pardon

Révoltées indiennes
Sur les traces d’Indira
Bien plus loin
Les mots vous emmènent
Que toutes les armes de combat

Refrain:
Merci d’être
C’qu’on ne sera jamais
Et pourtant on se croit parfait
Mais c’est pas les hommes qui mènent le monde
Non c’est pas les hommes qui mènent le monde
Merci d’être
C’qu’on ne f’ra jamais
Et de nous aimer tel qu’on est
Car c’est pas les hommes qui mènent le monde
Non c’est pas les hommes qui mènent le monde

Mothers malaisiennes
Même l’école n’est pas pour toi
Pourtant tu demeures la gardienne
De tes fils qui font la loi
Tellement d’autres terriennes
A qui on laisse pas le choix
Et dont la parole reste vaine
Si je peux donner ma voix

Elles font des preuves d’abandon
Qui force le respect
Qui force le pardon

Refrain:
Merci d’être
C’qu’on ne sera jamais
Et pourtant on se croit parfait
Mais c’est pas les hommes qui mènent le monde
Non c’est pas les hommes qui mènent le monde
Merci d’être
C’qu’on ne f’ra jamais
Et de nous aimer tels qu’on est
Car c’est pas les hommes qui mènent le monde
Non c’est pas les hommes qui mènent le monde

Merci d’être
C’qu’on ne sera jamais
Et de nous aimer tel qu’on est
Merci d’être
Et pourtant on se croit parfait
C’est pas les hommes qui mènent le monde, non
Non c’est pas les hommes qui mènent le monde

Nord ou Sud américaines
Nigériennes ou malaisiennes
Des casbas aux favelas
Si je peux être une loi

Merci d’être
C’qu’on ne sera jamais
Et pourtant on se croit parfait
Mais c’est pas les hommes qui mènent le monde
Non c’est pas les hommes qui mènent le monde
Merci d’être
C’qu’on ne f’ra jamais
Et de nous aimer tels qu’on est
Merci d’être

Merci d’être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *