Interview Charts in France

 

Alors qu’il a repris la route pour la deuxième partie de sa tournée « À la poursuite du bonheur », M. Pokora nous a reçus juste avant de partir pour des vacances bien méritées. Du succès de son album à son rapport à la scène, l’artiste nous fait part de ses impressions mais aussi de la façon dont il souhaite poursuivre sa carrière.

Quel bilan fais-tu de la première partie de la tournée ?
Ultrapositif. C’est certainement la plus belle tournée de ma carrière donc je savoure. Les salles sont pleines, le show est très bien rodé et ça tient vraiment la route tant au niveau du chant, que de la danse et du live en général. Tout est fait pour que je puisse m’exprimer le mieux possible et que je montre l’évolution qui est la mienne depuis déjà neuf ans.

Quelles idées as-tu apportées pour la réédition de l’album ?
J’ai sorti les trois singles assez rapidement et j’avais de nouvelles idées. Il y a des morceaux sur lesquels on a travaillé il y a quelques temps de cela et que j’ai eu envie de sortir. La réédition va arriver à la fin de l’année avec des inédits ainsi que « Hallelujah » que je fais sur la tournée. Beaucoup de personnes m’ont sollicité pour que je l’enregistre en studio et cette version sera sur le disque. Le single qui sort à la rentrée sera l’un des inédits de la réédition.

Quelles sont les sonorités de ce nouveau titre ?
C’est pop. C’est une balade mid tempo mais je ne dis pas encore le titre, ça fera l’objet d’un tweet ! (Rires)

Quel regard portes-tu sur ta carrière ?
Je suis fier de mon parcours et je pense que j’ai réalisé beaucoup de rêves, beaucoup de choses à un âge qui est jeune dans ce métier. Ce n’est pas de la prétention ou autre, j’ai bossé dur pour en arriver là, pour remplir des Bercy, pour travailler avec tel ou tel artiste… Je suis fier aussi d’avoir grandi avec mon public. Il y a toujours des gens qui se rajoutent mais le noyau dur est toujours là. En fait, je suis très heureux d’avoir su trouver mon public.

Comment vois-tu évoluer ta carrière sur le long terme ?
Je me vois continuer à évoluer avec mon temps. Franchement, je ne me vois pas chanter et danser jusqu’à 45 ans. Plus j’avance et plus j’ai de nouvelles influences. J’apprends à jouer du piano et j’aimerais par exemple davantage m’accompagner à l’avenir, faire plus de choses acoustiques, mettre encore plus ma voix en avant, travailler avec de nouveaux auteurs… J’ai envie d’aller vers cet album de maturité qui je l’espère, arrivera un jour.

Propos recueillis par Nikolas Lenoir

L’interview complète est à découvrir sur le site de Charts In France  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *